Les chroniques de Jean-Pierre
Chronique #7



Bien le bonjour chers admirateurs,

Me sentant l’âme créative et comme promis lors de ma dernière missive, voici la légende de ma tribu.

Il y a fort longtemps, alors que la terre était fertile et qu’elle enfantait encore de l’herbe fraîche, apparu, comme un grain de popcorn Bébélou Pépémouton. Celui qui, avec le temps, deviendrait le chef de la tribu des OufTuPu.

À cette époque, la sécheresse de nos terres n’était encore qu’une naissance qui s’amplifiera avec le temps. La légende raconte que lorsque Bébélou vint au monde, il était seul au milieu de nulle part. Et que, pour avoir de la compagnie, il enfanta lui-même sa descendance en grillant ses ongles d’orteils dans le feu de brousse qu’il alluma près de sa tanière. Malheureusement, ses ongles étant très prolifiques, il se retrouva très rapidement envahi par des milliers de poupons à la couche pleine qui ne cessait de pleurnicher.

Bébélou n’en pouvant plus, il échangea certains poupons avec les hyènes environnantes en retour de buffle. Mais sa meilleure échange fut celle du poupon no. 343 portant le hashtag #BestPoupon, de qui il obtint une chèvre au lait de jouvence. Un lait d’une telle pureté qu’elle gardait tous ceux qui le buvaient jeune et en santé. Malheureusement, Bébélou avait une santé de merde et mourut très rapidement. Ce qui n’était pas plus mal remarqué bien, parce qu’au fond, il n’était qu’un piètre chef sans envergure.

Mais le jour de sa mort, le ciel devint noir comme le cul d’un Zébu, et le gazon disparu aussi vite que le scorbut fit son apparition. Et depuis ce temps, notre tribu est frappée des pires famines, sécheresses et désagréables choses que la vie peut nous apporter.

On raconte dans les tanières de bouette que le jour ou l’élu arrivera, il conjuguera le mauvais sort de Bébélou, et que le gazon reviendra dans la plaine africaine. Laissez-moi vous dire que selon moi, c’est de la pure fantaisie grotesque et que personne ne pourra arrêter la sécheresse à part peut-être Miss Rainyday. Mais elle, je ne la connais pas, et elle semble également ignorer qui nous sommes. Ce qui est bien dommage.

D’autres disent que je suis l’élu. Hey bien, à voir vos dons et la popularité que j’ai, j’ose également le croire. Mais je me garde une petite gêne d’en parler de peur de frustrer les autres membres de ma tribu.

Bon, j’aurais voulu continuer à vous jaser de mon histoire, mais je remarque que sous cette chaleur torride, j’arrive maintenant à éplucher la peau de mes bras comme des oranges. Je devrai donc vous laisser afin d’aller me faire greffer de la peau de cul de Babouin.

Je vous dis donc à la prochaine.

J.P.
Photo par maxime niyomwungeri sur Unsplash

No comments:

Post a Comment

Instagram